La chieuse de voisine

20/07/2012 à 03h38
Il y en a des qui croient que la vie peut s'acheter et qu'on peut avoir des droits sur la création.

Ils ont raison. Avec la création, on a tous les droits. A commencer par celui qui dit que lorsque je frappe, le coup me revient.

Par contre pour ce qui est d'acheter la vie....

Si tu n'es pas capable de respecter les choix de ton conjoint, de ton animal, de ta maison, ... tu n'es pas digne de les recevoir.

Et pis c'est tout.

Qu'elle s'en aille chier avec ses chatons l'autre tarte. Lorsque j'aurais fini de sermonner le vent et qu'il commencera à lui revenir des bribes, elle saura à quel point elle aurait mieux fait de ne point écouter son orgueil.

Espèce de grosse merde incapable de subvenir à ses propres besoins et qui croit en plus pouvoir guider autrui sur le chemin.

Tu suces l'énergie de tous les jeunes que tu croises. Moi, je vais me faire ton âme.

Serge n'est encore pas revenu du contre-coup de ses médisances à notre égard que tu recommences déjà et tu crois peut-être t'en tirer, simplette?

La vie, ça se respecte et ça ne se contrôle pas.

Je sais bien que tu n'es qu'une pauvre petite victime à ta maman. J'ai bien compris. Toi, t'as jamais rien fait. C'est toujours les autres.

Et en plus, tu ne comprends pas pourquoi ils ne t'encensent pas plus pour tout ce que tu fais pour eux.

Tu donnes sans cesses, mais tu oublies toujours de ne pas compter. Quand tu offres, c'est ton carnet de comptes qu'on voit au fond de tes yeux. Ton coeur, lui reste toujours bien caché.

Je suppose que toi-même ignore où il peut bien avoir disparu.

C'est tellement triste cette vie de faux amour qui ne te sert à rien.

T'es tellement aussi moche que ma mère.

Le pire dans tout ça, c'est qu'à cause d'elle, moi, je suis persuadé que je ne peux strictement rien faire pour t'aider à t'éveiller.

Si ce n'est te mettre le nez dans ta merde.

Dans les contes de fées, tu n'auras plus jamais la place de la princesse. A tout jamais tu seras l'affreux monstre qui garde le château où est retenu prisonnier l'amour.

La Grande Salope.

Votre commentaire




Commentaires ( 0 )