A toi mon frère

24/12/2011 à 20h02
La vérité, c'est que je n'ai jamais pu te sacquer. Je t'ai tout donné. Tout ce que j'ai pu. Tout ce que j'ai eu. Tout ce que j'ai rêvé. Tout. Et même le reste.
Pourtant, dans tous les mercis qui résonnent en mon coeur, il m'est impossible d'y retrouver ta si douce voix.
Peut-être que la jalousie suture mes oreilles.
Peut-être aussi que ton héritage bloque ta gorge.
Ce qui est sûr, c'est que jamais rien ne m'empêchera de t'aimer, comme je l'ai promis, penché sur ton berceau.
Mon petit frère, est le premier de mes enfants.
Léo est mon aîné, et pourtant, le petit frère de Lionel.
Pardonnez-moi, tous deux d'avoir passé ma vie à démonter l'idée de la Famille que les miens avaient galvaudé, avant que je ne m'en trouve d'autres.
Ceux du choix.
Ceux qui sont vraiment à moi. Qu'ils soient d'accord ou pas.
Les privilégiés. Ils sont tellement moins nombreux ceux qui m'incitent à les aimer que les autres.
Pourtant, ils sont tous mon frère et ma soeur.
Certains autres, ceux que j'ai choisi, sont mes fils et mes filles.
Telle est ma vision de la famille.
Nettement plus simple et réaliste que celle de mes vieux.
Amen.
Chouchette est revenue et je vais m'occuper d'elle plutôt que de ton âme. Ou de la mienne, si ça fait encore une différence pour toi. ... Dis-toi bien que si c'est le cas, tu vis dans un univers particulièrement étriqué. Le mien est nettement plus vaste.

Si tu ne me crois pas, viens voir.

Votre commentaire




Commentaires ( 0 )