Aide Sociale

21/12/2011 à 00h15
Lorsque le chômage n'a plus voulu soutenir Sylvia, ils l'ont envoyée s'adresser à la commune qui à son tour l'a dirigée vers l'assistante sociale de la vallée qui fait le pont avec le canton.

Cette dernière a bien expliqué à ma Belle, qu'elle ne pouvait tenir compte qu'elle avait à charge son mari, mais qu'elle devrait déduire de la misère allouée une participation pour lui au loyer.

Aujourd'hui, cette gougnafière prétend que je lui dois des comptes et se permet de se montrer d'une arrogance sans égal. Et ceci, même si je lui ai offert mon aide, pour tenter de mieux définir sa perception du verbe aider.

Quelle ingratitude!

Enfin, ne nous leurrons point. La plus à plaindre, c'est elle, le chien de garde de la commune. Elle ne se rend même pas compte qu'elle est utilisée par ces lâches menteurs qui n'osent pas répondre à mes courriers mais se croient obligés de me réclamer une attestation de l'assurance d'être malade et vont même jusqu'à prétendre que mes amis facteurs ne m'auraient point remis un de leurs recommandés.

Bande de nazes!

Je suis revenu de la mort, c'est pas pour me faire chier avec ce genre de conneries. Mon corps va mieux, et ce n'est certainement pas grâce à la sotte médecine officielle qui s'en met plein les fouilles avec tous ces moutons assurés obligés.

Votre commentaire




Commentaires ( 0 )